Partagez|

[Quartier Ouest] Another Ordinary Day | Takeda Kioshi & Tobias Bradford

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Messages : 173
Date d'inscription : 21/08/2016
Profession : Personnage Non Joueur.

Personnage Non Joueur

MessageSujet: [Quartier Ouest] Another Ordinary Day | Takeda Kioshi & Tobias Bradford Ven 2 Sep - 14:08

Another Ordinary Day
E.T & Kiobakame

Une journée ordinaire chez deux policiers




Que la vie est belle, les oiseaux chantonnent dans le ciel bleu admirés et écoutés par un étrange personnage allongé sur le toit de l’immeuble, les pieds en éventail, les deux mains liées sur son estomac avec un parasol, une très longue corde qui possédait un nœud autour de son cou ! Vous avez bien lu, ce type s’était attaché le cou. Il avait même une bible à ses côtés. Un suicidaire ? Si vous saviez, vous prendriez aussi vos jambes à vos cous. Ce type était le Summum de la connerie en tous genres. A côté de lui se trouvait aussi une plume dans son encrier, où quelques tâches étaient tombées pas très loin de son visage. C’est que voyez-vous, il avait écrit une lettre d’adieu à sa concierge. Une lettre dans laquelle, ses sentiments avaient pris le pas…. Oui, vous l’aurez compris, aujourd’hui en cette belle journée, cet homme aux iris onyx, contemplait une dernière fois la splendeur de ce ciel sans nuage noir. N’était-ce pas une magnifique journée pour mettre fin à ses jours ?

Pour lui, la réponse était définitivement non ! Il était où le côté théâtral ? Cela manquait de conviction, ce n’est pas du soleil qu’il aurait souhaité, mais de la grêle ou de la pluie ! La pluie, renforçait le côté dramatique de l’acte. Pire, les visages de ses connaissances qui verraient son corps suspendu, seraient baignés par les larmes des cieux. Il pouvait déjà imaginer le visage de son petit frère E.T, de sa concierge et de ses autres voisins. Trempés comme un canin perdu dans les rues.. Là grelotant de froid et de tristesse, parce que sa majestueuse Personne avec un grand P, les avait quitté subitement afin de pouvoir se réincarner dans une autre vie. Toutefois… Il fallait évidemment que les anges soient contre « lui ». Sérieusement, qui aurait la brillante, merveilleuse et saugrenue idée de s’ôter la vie avec cette énorme étoile du jour qui vous souriait hein ? De plus, le soleil décomposerait très rapidement son corps.. Il attirerait rapidement les mouches et, en moins d’une heure, il pourrait rivaliser avec Messire Frankeinstein ! Il était sûr qu’il le détrônerait haut la main. Au lieux d’être déchirés, les « spectateurs » afficheront certainement juste du dégoût à cause de l’odeur putride de son effluve qui émanerait de son propre corps ! Sans oublier ce ciel si bleu, qui lui grillait les neurones, qui aurait envie de crier et s’effondrer ?

Dire, qu’il avait passé du temps et de son amour pour écrire cette fameuse lettre ! En effet, avant de suicider, il faut toujours écrire une lettre ! Il avait même rajouté du faux sang sur l’enveloppe pour renforcer le côté réaliste de la chose. Leur montrer à tous, que ce n’était pas des paroles en l’air ! Qu’aujourd’hui, il ne rigolait plus, que si personne n’accourait jusqu’ici, alors son existence prendrait définitivement fin dès qu’il aurait sauté du toit ! En effet, dans cette lettre, qu’il avait minutieusement pliée comme si, c’était son bien le plus précieux, et placée sur le bureau de sa très chère concierge afin, qu’elle soit mise en évidence, étaient écrits ces quelques mots :

Très chère consoeur,

Désolé, pour ne jamais être à jour pour mon loyer !
Grand-mère, aujourd’hui, tu n’auras plus à t’en faire pour ça !
En effet, il est temps pour moi de quitter ce Monde. Je ne suis pas une bonne personne.
Oh, je sais déjà ce que tu vas dire, tu voudras sûrement me convaincre que la vie est belle et, que les éléphants volent dans le ciel ou alors qu’un Adonis tel que moi, devrait continuer à vivre parce que ce serait un gâchis pour l’humanité que le monde perde ma personne !

Malgré ça, je suis las de vivre, le monde est si cruel avec ceux qui ont la côte. C’est difficile pour moi de me lever le matin et devoir passer des heures devant la glace afin de tenir mon image ! De plus, cette chaleur est épouvantable, mon épiderme souffre de cuir comme une tomate au soleil.

Je ne veux pas être aussi ridé que toi Bacchan avant l’heure ! En effet, avant de perdre tous mes cheveux ou de ressembler à une vieille momie desséchée, autant périr avec le sourire et splendidement ! D’ailleurs, en guise de paiement pour mon loyer du mois, je t’ai acheté un nouveau anti-ride ! Ne me remercie pas, cela me fait énormément plaisir, ils m’ont assuré que cela marchait parfaitement, même pour les faciès qui se rapprochent le plus de la serpillère !

C’est que je me sens vraiment mal pour toi, que tu sois encore célibataire ! Ah, et dis à mon E.T, que je lui lègue le paiement de mon loyer avec les quelques centimes et qu’il donne tous mes rapports à notre comparse Blondinet ! Dis-leur, que c’était un plaisir que nos chemins se croisent, mais aujourd’hui, mon heure est arrivée. Qu’il arrive parfois, qu’un homme sent quand sa vie arrive à terme ! Je préfère partir dignement, je pense que tu me comprends toi, n’est-ce pas Mamie !

See Ya dans une autre vie !

Ps : Dis à E.T qu’il faudrait qu’il refasse les courses dans son frigo et que je lui ai empreinté 500 yens pour jouer au Loto ! Il y a même le ticket du résultat !
Ps 1 : J’ai perdu, mais c’est le geste qui compte non ?
Ps 2 : Vous devriez tous les deux refaire des courses, j’ai pris la peine de manger ce qui m’intéresse ! Je vous aime fort !!!
Ps 3 : Vous pourrez acheter de nouveau du thé ! J’aime énormément le thé noir et le thé vert ! Le thé rouge aussi n’est pas mauvais !

Voilà, comment cet homme « distingué » avait offert ces « aurevoir ».  Ce serait gênant qu’il ne tienne pas parole après ce qu’il avait écrit n’est-ce pas ? Ses ancêtres seraient dans l’obligation de se retourner dans leur tombe si jamais ils apprenaient, qu’il ne tiendrait pas parole. Kioshi Takeda était un homme de parole et, il allait le montrer à tous ! Il attacha le bout de la corde libre sur la poignée de la porte qui menait à cette place et, le voilà grimpant sur le muret de protection regardant la population d’en bas, les bras écartés, le visage vers le ciel, un sourire illumina son expression solennelle et théâtrale surtout.

« O Mon Seigneur, toi qui m’a donné la vie ! Aujourd’hui, je te la rends, ton fils que je suis, ne supporte plus être loin de toi ! Prends moi et ouvre-moi les portes du Jardin d’Eden où, je pourrais dorloter au soleil sans craindre pour mon épiderme satinée et ma chevelure brune. Manger des fruits, la tête sur les jambes de l’une de mes magnifiques « sœurs ». Je veux goûter aux joies du Paradis, O mon père, Majesté, Dieu des dieux, aujourd’hui je viens te rejoindre »

Et, c’est qu’on ne l’arrêterait plus. Au même moment, au rez-de-chaussée de l’immeuble, dans son bureau d’accueil, la concierge qui était, un sacré bout de femme, âgée de 60 ans, était en colère contre cet imbécile qui refaisait son numéro ! Hors de question que cet énergumène, meurt avant qu’il ne paie tout ce qu’il lui devait ! Il était où ce môme encore ? Quand, elle vit l’autre gamin qu’elle recherchait, avec son visage effrayant elle décida de l’ « agresser » en lui donnant un petit coup de pied au mollet où elle lui présenta la paume de sa main :

« Oy E.T, paies-moi le loyer de ton abruti de chef ! C’est ce qu’il m’a dit dans sa lettre de suicide ! Je me fiche que l’autre prenne sa vie au loin, mais il est hors de question que je laisser partir l’argent qui me revient ! Tiens, la lettre de ce guignol, qui doit se trouver sur le toit ! Toutefois, avant que tu ne sauves ce perfide personnage, je veux être payée ! »

C’est que cette petite vieille femme, pouvait se révéler très menaçante et effrayante quand elle y mettait la forme ! Elle devait être Picsou dans une autre vie ! Ce n’était pas, comme si elle était point habituée aux extravagances de cet enf*iré de Kioshi qui avait osé se moquer d’elle ! Ce sale gosse, il ne savait pas ce qui l’attendait ! Si elle ne pouvait pas récupérer sa somme par lui, qu’importe si c’était le jeune homme qui se tenait en face d’elle malgré qu’il n’ait rien demandé. Qu'il soit une victime collatérale de son chef ! Au fond, elle aurait presque pitié de lui, mais, l'argent passe avant tout le reste !

Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bn-myheroacademia.forumactif.org
avatar
Messages : 173
Date d'inscription : 21/08/2016
Profession : Personnage Non Joueur.

Personnage Non Joueur

MessageSujet: Re: [Quartier Ouest] Another Ordinary Day | Takeda Kioshi & Tobias Bradford Ven 2 Sep - 14:09

Another Ordinary Day
Chichi   &   Tobi

Que la vie est compliquée, que cette chaise est inconfortable et que le sol est dur. Pourquoi ? Eh bien, veiller à son bureau tardivement menait finalement à la somnolence, au coude qui glisse et au cul qui percute douloureusement le sol. Le sommeil n’était plus au rendez-vous des nuits de Tobias depuis bien longtemps ce qui menait au fait qu’il oubliait parfois d’aller dormir. Comme la veille. Un douloureux oubli qui lui fit gagner des cernes et une gueule défraîchie. L’insomnie était devenue la compagne de ses nuits depuis bien longtemps. Dans ces situations, c’est sur son ordinateur qu’il passait le temps en s’occupant à améliorer son code informatique. Car un code réussi menait à une barrière infranchissable. La plus grande fierté d’un hacker c’est bien d’avoir développé le meilleur code dont personne n’arrive à trouver le point faible, mais aussi de réussir à percer le code d’un autre. Pour cela il fallait de la pratique, du temps. Le jeune hacker ayant une vie bien remplie en journée, il fallait bien qu’il trouve du temps à d’autre moment pour se perfectionner ce qui empiétait sur son temps théoriquement réservé pour se reposer.

Le cul au sol, les pieds sur la chaise et la nuque pliée à un angle bizarre contre son lit. C’est ainsi qu’avait atterrit le jeune policier. Gémissant de douleur, il roula disgracieusement sur lui-même jusqu’à trouver une surface plate au milieu de la pièce pour se remettre de sa petite mésaventure matinale une seconde ou deux avant de s’étirer. Une belle journée qui s’annonce, youhou ! Hop hop on s’enjaille ! Ou pas. En plus d’être insomniaque, Tobias avait ses jours où il n’était pas du matin. Genre, comme aujourd’hui. Il gémit une nouvelle fois en cherchant ses pantoufles en tâtonnant des mains, sans réussite. Finalement ! Il ouvrit un œil, puis le second, bailla un grand coup et se leva pour aller dans la cuisine. Tant pis pour les pantoufles. Le flic junior se fit un bon chocolat bien sucré dans son mug pikachu favori. Voilà comment on commence une matinée ! Pas de bacon, oeuf ou toute autre recette salée pour notre britannique, depuis toujours son péché mignon du matin se concentrait seulement dans un chocolat chaud accompagné d’une pâtisserie. Eh, chacun ses habitudes ..!

La suite, on s’en fou. Non ? Bah vous imaginez bien qu’il lui est impossible de sortir dans son pyjama pikachu. Non, ça ne vire pas à l’obsession. Non. Donc après le p’tit dej, il commence par une douche pour se réveiller et s’habille de son habituel uniforme improvisé. Voilà, tout propre, tout beau ! Sortant de son appartement Tobi s’arrêta devant la porte d’en face. C’était devenu une habitude pour lui de réveiller son voisin, patron ou bien grand frère. Kioshi remplissait bien des rôles pour Tobias. Malgré son tempérament totalement insolite, le hacker ne pouvait imaginer ses lendemains sans cet énergumène à ses côtés. Levant le poing dans le but de le réveiller en frappant à la porte, il songea que vu l’heure, le flic sénior devait déjà être debout. Rares étaient les jours où Kioshi se levait avant Tobias. Haussant les épaules, il se rendit à l’entrée de l’immeuble pour vérifier son courrier. Fin, c’était le plan d’origine avant qu’il ne se fasse shooté le mollet par la concierge. Oh oh, ça, c’était signé Kioshi. Avant même qu’elle ne débute son monologue, il leva les mains en signe de reddition et proclama.

« Je suis innocent ! C’est pas moi ! Ne me donnez pas au lion du zoo ..! »

Elle l'avait déjà menacé de le donner au lion pour toucher son assurance vie, sérieusement ! Captant malgré tout les grandes lignes du discours adverse, il haussa un sourcil en tirant le fond de ses poches pour illustrer ses futurs propos.

« J’me coltine pas mon compte en banque dans mes poches grand-mère. »

Lettre de suicide.. Sur le toit.. Il refait son numéro. Encore ?! Faisant volte face il se précipita vers les escaliers sans une seconde pensée pour la concierge, il s’enfila les marches quatre à quatre. S’il se dépêchait il pourrait peut-être éviter une situation gênante, ou bien une inattendue réussite. Ni l’un ni l’autre, s’il vous plait ! Crachant ses poumons en arrivant sur le toit, le flic junior claqua la porte pour trouver sa plus proche figure familiale dans un monologue d’adieu vers le ciel. D’abord blasé par la situation, il ne fallu pas longtemps pour qu’il remarque la corde. Que c'est chiant, mais pas moyen qu’il le laisse faire, il se précipita vers lui et le prit dans une étreinte serrée par l’arrière en prenant deux bons appuis des pieds. Même un sumo ne pourrait pas le faire lâcher prise dans l’état de boule de nerfs qu’il était.

« Dès le matin sérieusement ! J’suis crevé.. Reviens sur le toit ! »

Spoiler:
 
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bn-myheroacademia.forumactif.org
[Quartier Ouest] Another Ordinary Day | Takeda Kioshi & Tobias Bradford
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» La Comté
» Un quartier de Mordheim
» DALIDA son quartier et maintenant là où elle repose
» kiwi bichon frisé male de 2 ans ( sud ouest)
» Conflit Est-Ouest au cœur du Caucase

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
My Hero Academia :: 
Autour de Yuuei
 :: Archives :: Les résidus de l'ancien forum :: RP'S
-

Sauter vers: