Partagez|

My mind's a kaleidoscope } Yunan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Messages : 173
Date d'inscription : 21/08/2016
Profession : Personnage Non Joueur.

Personnage Non Joueur

MessageSujet: My mind's a kaleidoscope } Yunan Dim 4 Sep - 15:38

❝ Yunan Uehara ❞


 

Pouvoir
Voile miroir Vous connaissez l'option « retour à l'expéditeur » ? L'alter de Yunan, c'est exactement ça : il est capable de renvoyer les attaques. Il lui suffit pour cela de retenir sa respiration. Le jeune homme est alors capable de faire apparaître une barrière transparente, soit tout autour de lui, soit sur une surface plus restreinte. Si vous donnez un coup de poing dessus, vous aurez très bobo à la dite main. Et si vous envoyez un jet de flammes, il sera renvoyé vers vous.
Ses limites Déjà, Yunan n'est pas le champion du monde d'apnée. Tant que tout est calme et qu'il ne bouge pas – et grâce à l'entraînement –, il peut tenir deux minutes. Évidemment le fait de bouger réduira considérablement la durée. La barrière disparaît dès qu'il reprend son souffle. Ensuite, plus la barrière aura encaissé de choc et moins il aura d'oxygène, moins son pouvoir sera efficace : si vous martelez bien comme il faut pendant quinze secondes, la capacité réfléchissante du bouclier disparaîtra. Au bout de trente secondes, la barrière n'aura presque plus d'effet. Enfin, s'il veut créer une barrière tout autour de lui, il ne pourra pas dépasser un rayon au sol d'un mètre et son effet ainsi que sa durée de vie seront moindre que lorsqu'il condense son pouvoir. S'il crée un minuscule bouclier, il est capable de le faire aller jusqu'à dix mètres de lui. Dans ce cas la protection est très résistante est plus durable, mais il ne peut en créer qu'un seul à la fois.  
16 ans × Classe 2-A × Management
né(e) le 11 janvier à Los Angeles
de nationalité japonaise
préférant le service boules en haut svp ♥
et se trouvant célibataire

Super IRL !

mon pseudo web c'est Bunny
j'ai 22 ans
et j'ai découvert MHA alors -craque les doigts- De base je vous ai connus grâce à un partenariat, ensuite je suis moi-même venue vous demander un partenariat ( :D ) parce que j'aime beaucoup votre forum. Mais je n'osais pas m'inscrire parce que j'ai déjà pas mal de personnages qwq. Enfin ça c'était avant que Nana me balance le lien à la figure, qu'on se rende compte qu'on lorgnait toutes les deux sur le fo, et qu'elle me dise un "viens" catégorique.
J'pouvais pas refuser sinon elle m'aurait victimisée :'(((( /dies/
d'ailleurs je pense que  :vive le fo:   -vlan-  

 

qualités
Souriant × Intelligent × Ouvert d'esprit x Sociable × Sportif × S'invente régulièrement un problème physique et/ou mental × Lit beaucoup × Aime draguer les jolies filles × Dormir x Et la musique × Doté d'une excellente mémoire × A la main verte (ouic'estinutile) x A un bon sens des affaires x Bilingue anglais x Peut faire la sieste n'importe où, n'importe quand, n'importe comment.
défauts
Égoïste × Assez sarcastique × Paresseux x Désintéressé de beaucoup de choses × Capricieux × A tendance à vouloir voir les choses de manière logique × Autophobe × Les gens qu'il trouve bêtes × Son père x L'injustice × Perd ses moyens quand on le prend dans ses bras et qu'il n'a rien vu venir (spontanément) × Myope (porte le plus souvent des lentilles) x Faible face aux animaux (surtout les chats) x Fréquente les soirées étudiants x Adore embêter son monde pour passer le temps.
Mon personnage est représenté par

Code:
<span class="Rouge">►</span> TONARI NO KAIBUTSU-KUN_ Haru Yoshida _ Yunan Uehara





❝ Plus Ultra !! ❞

Living as if we had a choice


C'était un regard dur et des paroles tranchantes, leur quotidien. Une lutte permanente contre le monde entier – et surtout contre eux-même. Mais pour lui, c'était normal. Pour lui, y'avait rien de plus important que ça.
Pour lui, ses parents étaient le centre du monde.

Le père, Ryuuji, était un scientifique japonais très reconnu. Particulièrement dans le domaine de la psychologie. La mère, Kate, était une ravissante américaine qui vivait humblement avant de le rencontrer – elle travaillait à mi-temps en tant que serveuse pour financer ses études. C'est probablement la simplicité qu'elle dégageait, qui le séduit : à l'époque il commençait à avoir une sacrée réputation, mais cela lui mettait une pression considérable. Les récompenses, l'admiration, il n'était pas fait pour ça. Seulement voilà, il adorait son métier. Alors pour rien au monde il n'aurait laissé tomber sa carrière.

Ils s'installèrent dans une jolie petite maison à Los Angeles, et eurent deux enfants à six ans d'intervalle : Earl et Yunan – leurs parents étaient de grands amateurs de thé, oui. Les années passant, Ryuuji se fit un nom tel qu'ils n'avaient pas besoin de s'inquiéter pour l'argent. Sa photo apparaissait de plus en plus souvent dans les magasines spécialisés. Mais son piédestal, au lieu de monter dignement dessus, il l'a placé sur ses épaules – fardeau imposé, qu'il a vaillamment porté des années durant. Puis quand ses épaules ne furent plus assez fortes, quand les regards se firent omniprésents, il tenta maladroitement de leur en déléguer une partie.
Yunan n'était qu'un petit poupon aux joues rebondies, quand les choses commencèrent à changer. Il était jeune, bien trop jeune ; aujourd'hui il ne saurait pas dire comment était leur vie de famille, avant.



Invincible soldiers from storybooks also die
Los Angeles l 8 ans


Planté devant la porte de leur maison, Yunan serrait nerveusement les bretelles de son cartable. Le regard honteusement baissé vers le paillasson, il fixait le « welcome » noir sur fond gris comme il fixerait le carrelage de leur salon, d'ici quelques heures. Le gamin anticipait : il savait ce qui l'attendait, quand son père rentrerait. Il pouvait s'imaginer la scène dans les moindres détails, avec une précision telle que l'espace de quelques secondes, le jeune Uehara crut entendre la voix de son père comme si celui-ci se trouvait en face de lui. Avec ce subtil tremblement qui terminait chacune de ses phrases et ce venin qui suintait de chacun de ses mots.

Il sursaute, ses longs cils d'enfant battant vivement l'air, puis il fixe la poignée de la porte sans oser s'en saisir. Certains jours, cette étrange pensée lui venait : il avait peur de son chez lui. Peur d'être là, le soir venu, quand son papa reviendrait. Surtout quand on lui avait rendu un contrôle raté. Enfin, raté, tout est relatif. Avoir un A- à la place d'un A+ n'était pas un drame en soi. Du moins ça ne l'était pas pour les autres enfants, ils l'avaient même félicité. Le maître aussi l'avait félicité.
Mais les autres enfants et le maître, Yunan se fichait bien de leur opinion. Parce que lui ne la partagerait pas. Parce que lui le traiterait d'incompétent. Et enfin parce que pour un enfant, ce que leurs parents disent a toujours plus de valeur.

Mais au final tout irait bien, comme d'habitude. Grâce à elle, tout irait bien. Elle était toujours là pour les prendre dans ses bras, son frère et lui, quand son mari était trop dur avec eux. Il se détend un peu, se laisse aller à un petit sourire. Derrière cette porte, sa maman l'attendait. Est-ce qu'elle avait préparé un gâteau, aujourd'hui ? La tête brune espérait. Son entrain retrouvé à l'idée de déguster un délicieux fraisier, il entre enfin. « Mamaaaan, c'est moi ! » Ses yeux parcourent rapidement la pièce la plus proche – le salon – sans l'y trouver. Son sourire s'élargit un peu : c'était bon signe ! « J'ai super faim ! » Continue-t-il en se dirigeant vers la cuisine.

Le temps sembla se suspendre, quand il la vit enfin. Se suspendre comme elle, par le cou, les pieds ballant loin au-dessus du sol.
Et il eut l'impression qu'on lui arrachait le cœur, quand il comprit qu'elle avait mis fin à ses jours.



As we grow up there's nothing left
Chicago l 13 ans


Tout était différent, à Chicago.

Le temps passant Yunan se mit à vivre dans l'ombre d'Earl, qui brillait par ses résultats scolaires et était très apprécié pour sa personnalité. Même leur père, qui se réfugiait dans le travail depuis la mort de sa femme, se rendait compte des possibilités incroyables de son fils aîné.
Ce serait un mensonge, de dire que le cadet n'était pas jaloux. Mais il ne l'était que parfois, par exemple quand il les surprenait tous les deux en train de parler dans le salon, et qu'apparaissait sur le visage de son père l'un de ces sourires devenus trésors. Ou quand, lors de leurs rares dîners à trois, les deux se mettaient à discuter d'un sujet trop compliqué pour lui.

Ce qui le rendait envieux de son aîné n'était pas sa réussite scolaire ou sa facilité à se faire des amis, mais sa relation privilégiée avec leur géniteur. Il avait l'impression que ce dernier ne le regardait jamais, et ça lui faisait mal.
Cela dit, Yunan ne pouvait en vouloir à aucun d'entre eux. Il savait parfaitement qu'il ne tenait pas la comparaison face à son génie de frère et les aimait malgré tout. Surtout Earl, qui prenait grand soin de lui – le chef de famille n'étant pas très présent.

Et puis, lui aussi avait des amis à l'école. Des amis qu'il collait un peu trop, peut-être ; peut-être aussi que cette amitié n'était pas réciproque.
Il pleuvait ce jour-là, de cette pluie menaçante qui alourdit le ciel et transforme le paysage en nature morte. La petite bande jouait dans les couloirs, mais à force d'entrain ils brisèrent une vitre du collège. Ses camarades, peu désireux d'assumer leur part de responsabilité, lui firent porter le chapeau. Résultat, son père fut contacté pour un entretien avec le directeur de l'établissement. Il vint avec Earl, ce qui ne surprit pas vraiment Yunan : son frère rendait parfois visite à peur père au travail, quand il n'avait pas cours – les joies de la fac.

Sur le chemin du retour, l'ambiance était pesante dans la voiture. Earl conduisait. Gardant le silence, le plus jeune des Uehara se dit qu'ils étaient sans doute en train de se disputer quand l'école avait appelé. Bingo, pourrait-on dire, sauf que nous ne sommes pas à la loterie - ils n'a rien gagné. Dès que l'un prit la parole le ton grimpa immédiatement, avec l'empressement de reprendre leur discussion là où ils l'avaient arrêtée. Le souci, c'est que l'un comme l'autre alla trop loin. Et ni l'un ni l'autre ne prêtait plus attention ni au gosse assis derrière, qui rêvait de se fondre avec la banquette, ni à la route.
Quand le camion klaxonna, c'était déjà trop tard.



The world around us sells an empty promise
Tokyo l 15 ans


Ce sont des lumières éteintes et un air froid qui l'accueillent, quand il rentre. Retirant ses chaussures sans même prendre la peine d'appuyer sur l'interrupteur, pourtant situé juste à côté de lui, le jeune homme file tout droit vers sa chambre. Il prend juste le temps de se doucher et de se changer avant de ressortir.
Aussi grand et confortable puisse être l'appartement qu'ils habitent depuis maintenant trois ans, Yunan ne l'aime pas. Ce n'est pas un foyer, pour lui.
Sa mère n'y est pas.
Earl n'y est pas.

Alors il s'évade ce soir aussi, ce soir encore. Il mangera un hamburger avec des potes, puis ils traîneront dans les rues jusqu'à ce que l'un d'entre eux remarque l'heure – que notre brun aurait pris grand soin d'oublier. A ce moment il prendrait un air de chien battu pour gagner encore dix minutes. Peut-être même une nuit, s'il décide de s'incruster chez l'un de ses copains. Pourquoi pas ? De toute façon rien de bien passionnant ne l'attendrait, chez lui. Si son père était déjà rentré, il devait être en train de regarder les infos à la télé et ne lèverait pas les yeux en l'entendant rentrer.

Depuis qu'Earl était mort dans cet accident, ils ne se parlaient plus vraiment. Yunan avait essayé, pourtant. Il avait fait de son mieux pour être un bon fils. Si son géniteur avait perdu une femme et un fils, lui avait perdu une mère et un frère, et le gamin qu'il était avait désespérément besoin du soutien de son père. De se raccrocher à quelque chose, un espoir, une bribe d'affection.

Peine perdue. Leur famille n'était plus. Même quand son fils était entré à Yuuei, la prestigieuse école, Ryuuji ne l'avait pas regardé – et encore moins félicité.
Tant pis. Un vague haussement d'épaules, un large sourire accroché sur ses lèvres, l'adolescent rit à la blague d'un de ses amis et chasse ces pensées de son esprit.
Ça n'a plus d'importance, maintenant. Tout ce qu'il veut, maintenant, c'est prendre la tête d'une entreprise de super-héros pour se faire un maximum d'argent en bossant le moins possible. Ce n'est pas très pur, comme ambition, mais au moins ça fait rire ses petits camarades. Autant ne pas s'en cacher, donc.

De toute façon, qui peut bien s'en soucier ?
Tout ça n'a pas d'importance.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bn-myheroacademia.forumactif.org
My mind's a kaleidoscope } Yunan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» The self imposed limitations of the underdeveloped mind.
» 01. Losing your mind
» 1.04 Where is my mind ?
» Well it´s been days now And you change your mind again ... feat Amber Helheim
» I remember when, I remember, I remember when I lost my mind. ₪ 27 mars, 20h21

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
My Hero Academia :: 
Autour de Yuuei
 :: Archives :: Les résidus de l'ancien forum :: Fiches
-

Sauter vers: