Partagez|

Fûma Yashiro : Je joue à un double jeu ~100 %

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Messages : 173
Date d'inscription : 21/08/2016
Profession : Personnage Non Joueur.

Personnage Non Joueur

MessageSujet: Fûma Yashiro : Je joue à un double jeu ~100 % Dim 4 Sep - 15:36

❝ Fûma Yashiro ❞


 

Annulation
Black Hole L’Ater de Yashiro a la capacité d'annuler les alters des autres.
Ses limites Ce pouvoir qui peut paraitre égoïste dans un premier temps, ne l'est pas vraiment. Son pouvoir est plus efficace quand, il y a des personnes à protéger. On peut même dire qu'il marche aux émotions ! Plus ses sentiments sont puissants, plus son alter l'est tout autant. Il peut certes, le projeter au loin, ce qui signifie qu'il n'est pas obligé de toucher les autres seulement, il a aussi une limite à la projection. En effet, son pouvoir peut annuler les alters des autres dans un rayon de 10 mètres (Pour vous donner une idée, il peut le projeter de l'entrée de la salle de classe jusqu'au fond). Au-delà de cette limite, son pouvoir n'est pas efficace. De plus, en projection ce dernier stoppe juste l'attaque en cours. Ce qui signifie, que son alter est terriblement efficace pour une histoire de quelques secondes, peut-être minutes (si on mentionne le temps de se remettre de cette "attaque") ! Il peut certes, relancer une deuxième vague, toutefois, cela lui prendra quelques secondes ainsi que de la concentration. En effet, son pouvoir est véritablement efficace que lorsqu'il touche la personne. Par exemple, si des amis à lui sont piégés dans cercles enflammés, même si il se jette sur cette personne, il ne risquera rien même si son opposant essaie de le brûler ! Toutefois, les flammes dans les cercles marcheront toujours. Il n'annule pas les effets des alters déjà lancés. Et son pouvoir ne le protège pas tout à fait.. Il le protège une fois sur deux quand ce sont des attaques physiques. Pour les pouvoirs psychique tels que la télépathie, le contrôle mentale, ou le contrôle des hormones, il est immunisé comme des alter de vols ou de copie de pouvoir et des dérivés.  Parce que oui, il lui arrive de se prendre les attaques de plein fouet et, c'est la raison pour laquelle, il se bat avec son sabre ou au corps à corps comme une véritable samouraï. Par contre, quand il touche une personne, la seule limite de son alter est si, la cible peut s'éloigner de lui.

More :

Ses costumes sont faits à partir de matériaux très particuliers comme la fibre de verre, de carbone et d'autres composants. (sur la même idée que le parapluie de combat). Ce qui lui confère une sacrée protection au niveau du choc et des coups en lui offrant résistance et solidité pouvant supporter 80 kg tout en lui permettant de garder sa flexibilité. Évidemment, sans son costume, sa résistance est largement amoindrie. Son katana et son fourreau en sont aussi constitués ce qui lui permet de trancher efficacement à travers un métal ou un mur tout comme ses bottes qui donnent l'impression qu'il possède un alter de renforcement alors qu'il n'en est rien.. C'est sa formule magique. Vous pensez bien, qu'il n'a pas donné son secret aux super-héros et surtout, qu'il n'utilise pas ces matériaux pour leurs costumes.

Ses bras par contre peuvent être blessé puisqu'il est en manche courte. Il ne supporte pas la chaleur et puis son visage aussi. Ok, il porte un masque, mais ce dernier peut se briser assez facilement.
25 × " Vilain " × Professeur dans un lycée et, Ingénieur indépendant pour gadgets et costumes des Super-héros.
né(e) le 28 décembre à Hokkaido
Nom de HéroOfficiellement : Dr Crazy. Officieusement : Samourai Heart
de nationalité japonaise
préférant les hommes
et se trouvant célibataire

Super IRL !

mon pseudo web c'est Oboro
j'ai 23
et j'ai découvert MHA en farfouillant les tops sites
d'ailleurs je pense que c'est un magnifique forum ! Un forum sur ce merveilleux mangas que je suis depuis ses débuts et qui de plus, n'oblige pas à jouer que des hétéros (rares sont les forums de mangas qui l'autorisent uu) ! Bref, le design est juste magnifique *o*

 

qualités
Avant tout, il faut savoir que ce professeur a deux "personnalités" dont une qu'il dissimule qui est sa véritable personnalité. Cette dernière n'est connue de personne. Les qualités comme défauts, seront donc séparés en deux ! Toutefois, il n'est pas schizophrène loin de là même, et c'est la raison pour laquelle, il a pu se faire accepter à Yuuei. Qui est-il en réalité ? Allez savoir ~

Personnalité white (gentille)


Souriant × Optimiste × Curieux x Altruiste × Émotif × Lire × Marcher et faire du Yoga dans la nature × Adore les animaux × Aime énormément la musique, il écoute de tout comme les jeunes de nos jours ! Il sait jouer lui-même de plusieurs instruments comme le Shamisen, le piano et du violon x Il idolâtre les super héros × On peut dire qu'il est incollable en histoire × Il est doué en peinture et en inventions (il est même réputé pour cela) x Il a sauvé des enfant d'un orphelinat pris dans des flammes x Il a aidé à l'accouchement d'une femme piégée dans un ascenseur × Généreux, surtout envers les femmes et les enfants × On dit de lui qu'il a un cœur pure, car il pardonne trop facilement, ce qui peut être mis dans les défauts × Une personne de confiance × Il a un faible pour tout ce qui est sucré.

Personnalité black (celle dissimulée)


Observateur × Patient × Intelligent (il possède un QI de 170) x Ingénieux × Fort × Lire × S'entraîner aux différents arts martiaux, l'art du sabre comme ceux aux corps-à-corps, par exemple, c'est un maître question bushido et kendo, mais, il est aussi doué pour le taishi et le Kung Fu en plus d'avoir des connaissances dans le Pençak Silat (on peut même dire, que les arts martiaux sont toute sa vie). × Aime dormir (il ne faut pas croire, mais il est assez paresseux )× Il a une forte résistante à la douleur (sûrement dû à son entraînement quand il était petit ) × Il sait garder son sang froid × Il adore boire une coupe de saké le soir en regardant la lune x Il fut un étudiant de l'un université des supers héros qu'il a abandonné x Il ne serait peut-être pas si innocent pour l'attaque des élèves de la classe A il y a quelques temps, mais ça, personne ne le sait × Croit en ses convictions × Il n'est jamais revenu sur sa parole même si, comme on dit, il y a un début à tout !

défauts
Des défauts ? Comme pour ses qualités, on va dire qu'ils sont assez bien séparés là aussi même si, la ligne est plus mince entre la personnalité "white" et "black".


Après tout, il ne faudrait pas que sa couverture soit détruite aussi facilement..


White :


Bégaie (ce qui en saoule plus d'un ou bien, est sujet à une certaine moquerie de ses pairs ou bien des élèves). × N'a pas d'avis vraiment propre, il suit toujours ceux des plus forts. D'ailleurs, il respecte fortement les puissants du bien × N'est pas chaud pour le combat, car il déteste blesser les autres gratuitement surtout ! Ce qui est considéré comme un point faible chez les super-héros x Possède une très mauvaise mémoire. D'où le fait qu'il donne des surnoms, trouvant cela plus facile bien que, cela ne soit pas aux goûts de tout le monde × Rêveur, il est souvent plongé dans son monde. Quand il plonge son nez dans un livre, il ne vous entendra pas vous approcher × Se mordille souvent la lèvre inférieure quand il est nerveux ! Faut ajouter, qu'il se sent vraiment responsable des élèves. S'il arrivait quelque chose à l'un d'eux, il ne se le pardonnerait jamais × Il a peur des insectes, il ne supporte vraiment ces petits êtres vivants × Ne peut pas supporter qu'on s'en prenne à plus faible que soi × Il clame que lui aussi déteste les vilains × Il est vraiment maladroit × gourmand x il achète une fois par mois des pornos en guise d'instruction x Sans faire exprès, en pensant bien faire, il a mis le feu dans une des salles pour faire cuire des marshmallows qu'il souhaitait donner à un ami dans ses jeunes années de lycéen à Yuuei dans la section support. x Timide

Black :

Menteur (c'est un sacré comédien, pas étonnant qu'on le croie incapable de faire du mal à une mouche) × Paresseux et nonchalant.. × Franc et direct ! Il sait frapper où cela fait mal ! Yashiro n'a pas sa langue dans sa poche. Il aime tourmenter psychologiquement ceux qu'ils détestent ainsi que ceux qui se dressent tout simplement sur son chemin x Il ne possède pas une si mauvaise mémoire pour retenir les prénoms. La vérité, c'est qu'il est très sélectif. Il ne retiendra le prénom d'une personne que s'il la trouve à son goût. × Méfiant, il est toujours sur ses gardes. Vilains comme Super Héros. × Adore jouer avec sa langue avec un chewing-gum ou une sucette. × Mystérieux, il ne parle jamais de lui. Enfin comme il dit lui-même, tout le monde à ses secrets et ses cadavres planqués dans ses placards × Il a peur de s'attacher pour mieux perdre comme par le passé × Peut se révéler sadique à certains moments × Ce n'est pas qu'il apprécie les vilains surtout ceux, qui font  mal sans but précis, pourtant il a en horreur les sois disant Super Héros de Pacotille × Il espionne les autres à leur insu afin de découvrir leurs points faibles × C'est un ancien de l'école. En effet, il fut lui aussi diplômé de Yuuei, mais la vérité est qu'il a tourné vers le mal à cause de certains évènements. Jusqu'à maintenant, il est arrivé à caché sa nature ainsi que son alter et, est arrivé à se faire embaucher en tant qu'en enseignant de support bien, qu'il travaille aussi pour les costumes des supers-héros dans une autre entreprise. Alors que tout ce qu'il souhaite, c'est faire une révolution et, détruire ces héros de pacotille de l'intérieur. D'où le fait, qu'aujourd'hui il est comme un agent double. Le jour, œuvrant pour le bien, le soir pour le "mal".
Mon personnage est représenté par

Code:
<span class="Rouge">►</span> GINTAMA_ Fûma Yashiro_ Sakata Gintoki





❝ Plus Ultra !! ❞

Tout passé existe

« Si tu as le temps de mourir magnifiquement, alors vivons magnifiquement jusqu’à la fin »

C’est ce que j’ai dit un jour, mais je dois avouer que je me suis fourvoyé, et ce, depuis le début. Est-ce que j’ai vraiment été trop naïf ? Qui sait, il va sans dire que je regrette maintenant de croire en la puissance des autres. Nous sommes seuls, nous ne pouvons compter que sur nous-même, telle est la terrible vérité en ce monde que j'ai appris à mes dépens.

J’ai été abandonné au pied d’une montagne en plein hiver. J’aurais pu mourir si un moine ne m’avait pas retrouvé à cause de mes cris. Qui je suis réellement ? Je ne sais pas. Est-ce que j’ai de la famille qui m’attend quelque part ? Cela fait des années que je ne cours plus après des « miracles ». Je fus élevé par des moines et, c’est de là, que vient mon amour pour les arts martiaux et la nature. Les alters et cie, pour moi, n’avaient aucune importance. Certains moines et enfants comme « moi » en possédaient et, étaient de parfaits instructeurs pour l’apprentissage de l’art du combat. Pour notre apprentissage, ils nous emmenaient vers une cascade d’eau durant les saisons hivernales et nous obligeaient à rester dans l’eau pendant des heures. Apprendre à contrôler sa respiration et lutter contre le froid. J’étais toujours partant en essayant de rester le plus longtemps possible dans ces abysses d’eau glacée. Nul ne parvenait à mon niveau de concentration et pourtant, certains de mes camarades possédaient des alters. Je crois, que j’étais le seul à n’en possédait aucun. Du moins, c’était ce à quoi j’ai cru pendant de très longues années. Toutefois, être le dernier à reprendre mon souffle était pour moi une victoire sur les autres. À cause de ma chevelure blanche et de mes yeux rouges, j’ai toujours été exclu des autres. On me surnommait le démon blanc ! Est-ce qu’on me brutalisait ? Oui. Parce que, je me sentais inférieur, j’ai décidé d’apprendre dans le dos des adultes, l’art du maniement du sabre. Je n’étais âgé que de 4 ans quand j’ai dérobé un livre de techniques du sabre et des livres sur l’anatomie humaine. Attaquer les points vitaux est la base de tous arts martiaux. Peut-être que c’était trop dangereux ? Je me suis blessé plusieurs fois, des fois gravement, j’ai même porté plus de poids que les autres lors des entraînements de monter et descendre la montagne avec des sacs. J’ai aussi pratiqué plus d’exercices physiques que la moyenne des enfants. Je souhaitais équilibrer les choses. Je pensais qu’avec un corps bien bâti et maîtrisant les arts martiaux, je pouvais tenir tête à ceux qui possédaient des alters.

Cependant, quelqu’un le découvrit et me vendit auprès des aînés. Ces derniers me punirent et, m’enfermèrent dans une cellule dehors. Ce qui fut le début d’une série de visite en ce lieu lugubre. Qu’il fasse une chaleur à vous déshydrater, qu’il pleuve, qu’il vente ou bien qu’il neige. Mon corps, se souvient encore des coups que j’ai reçu. Les moines, ne se retenaient pas d’user de leurs pouvoir afin de me soumettre aux ordres. Bouddha… Je ne respectais en rien les règles. Même être privé de nourriture ne changeait rien. Je dirais qu’ils ne savaient pas quoi faire de moi. D’un enfant, qui osait aller au-devant des problèmes afin de pouvoir devenir plus puissant avec la seule force de ses poings. J’ai crié, pleuré au début et puis, j’ai trouvé qu’être enfermé, ne m’empêchais pas de développer mon corps, par des pompes, des abdos, de développer ma souplesse même si, ce fut une torture. En effet, le secret de posséder une un corps souple ? C’est de subir un entraînement à vous faire froid dans le dos. Vous tordre jusqu’aux limites du possible, et ce, depuis que vous savez marcher. Il n’est pas question d’alter ou quoi que ce soit… Toutefois, pour atteindre la puissance de manier une arme blanche, de se battre, il y a des techniques qui demandent de la souplesse. Vous avez déjà vu les entraînements des gymnastes chinois ? Si pas, vous devriez y jeter un œil. Car, c’est ce que j’ai subi.

Mes 6 premières années de vie, ne furent pas de tout repos chez ces moines. Je n’ai jamais été croyant. Car si Bouddha existait, le monde ne serait pas si injuste. Il n’y aurait pas de guerres. Les faibles, ne seraient pas en proie aux assauts de ceux qu’on catalogue de « vilains ».

Comme cette nuit-là… C’était un soir de pleine lune, dernier jour de l’été. Notre temple fut attaqué par des criminels qui cherchaient un abri. J’ai essayé de me battre pour protéger la seule maison que je n’ai jamais connue. Car, malgré tout, je leur été reconnaissant de m’avoir donné un toit et de m’avoir enseigné. Cependant, c’était peine perdue. Ils étaient bien trop forts. J’ai eu beau lutter avec mon sabre, je n’étais pas de taille. Cette nuit, il me sembla que la lune était rouge. L’odeur cuivrée du sang, le cri des fidèles d’un dieu qui encore une fois, fit la sourde oreille à la douleur d’autrui. Même-moi, je fus marqué par une cicatrice en forme d’éclair sur ma hanche. Il m’arrive encore, de sentir le liquide chaud et carmin de ceux avec qui, j’ai vécu pendant 6 ans. Leurs appels à l’aide me hantent encore aujourd’hui.

Je ne dois mon salut qu’à un homme. Un homme aux allures de Samouraïs. Cet Homme, Takaya Nobutsana. Celui qui devint mon sensei et mon père de substitution. Sa longue chevelure qui virevoltait dans le vent, lui au milieu des cadavres. Son visage était endommagé par des éclaboussures de sang, mais je n’ai jamais trouvé d’hommes plus charismatiques que ça. J’aurai pu mourir de mes blessures, mais j’ai rampé jusqu’à ses pieds en larmes. Je ne souhaitais pas mourir. Pas encore, j’étais bien trop jeune. Je souhaitais me venger des rebuts de la société, ceux qu’on surnommait « vilains ».

« Au milieu de tous ces cadavres, j’ai fait l’une des plus belles rencontres de ma vie »



Mon maître était un héros surnommé Samouraï Weather. Son pouvoir était celui de contrôler la météo. Même si, il prit sa retraite dès qu’il fit de moi son disciple. Nos journées, ensemble, me permirent d’aller de l’avant. J’appris énormément de lui, comme les plantes, les poisons, la culture de notre pays. On pouvait nous surnommer des « nomades ». Nous ne restions jamais au même endroit. Nos journées n’étaient jamais les mêmes. J’ai appris en Inde, leur art martial, le Pençhak Silat. Nous avons couché dans la Jungle, dans la forêt. Nous se sommes, jamais allé en Europe ceci dit. Quand, il y avait des personnes en danger ou qui avaient besoin d’aide, j’essayais d’aider mon maître qui répondait toujours présent à la douleur d’autrui. Je voulais lui être utile, mais, qu’est-ce que je pouvais faire ? Je n’étais qu’un apprenti combattant qui ne possédait aucun pouvoir. Pourtant, je souhaitais devenir un héros comme mon maître ! C’est la raison pour laquelle, même les tâches les plus « ingrates », je le faisais. Je mettais un point d'honneur à terminer mon quota de « bonnes actions ». Arrêter des malfrats avec la seule force de mon art pour le sabre et de mes poings et pieds.

« On ne juge pas la force d’autrui par son âge, mais par sa grandeur d’âme ».


Aider à construire des maisons dans les villages en sous-développement, pour la récolte de riz.. Takaya san et moi-même, on n’était pas rémunéré, mais on recevait de la reconnaissance. J'appris qu’un héros était de venir en aide à quiconque en avait besoin, pas seulement en arrêtant des méchants. Je partageais et, je partage encore son avis. Un héros ne devrait pas rechigner à faire les tâches dîtes « ingrates » comme, protéger des animaux en voie de disparition, apporter des médicaments ou de la nourriture à ceux qui meurent de faim. Construire une école pour que les enfants ne soient pas illettrées, aidé à la chasse et à la nourriture. Améliorer des conditions de vie est aussi très précieux. J’ai fait des rencontres qui me sont inoubliables. Je n’ai pas d’alter et alors ? J’étais le « héros » de certains enfants et, cela me suffisait. Ce qui me comblait le plus, c’était d’être avec mon maître. Celui-là même qui m’avait fait la promesse qu’il ne me laisserait jamais seul, pour me rassurer sur son lit d’hôpital qu’il allait s’en remettre.

Quand nous avons déménagé pour Tokyo, j’étais âgé de 13 ans. Là, j’avais la chance de rencontrer d’autres héros qui m’émerveillaient toutefois, certains se moquaient de mon maître. Ne comprenant pas son choix de prendre sa retraite anticipée. Ils se vantaient de leurs exploits et, je commençais à voir en eux que des personnes imbues d’elles-mêmes. Cependant, à ce moment-là, j’étais encore impressionné par les super-héros vraiment. Pourtant, tous me regardaient de haut parce que je n’avais pas de « pouvoir ». On me mettait dans le coin alors, que je savais très bien me défendre seul, je pouvais arrêter certains individus. J’étais un « guerrier » dans l’âme. Toutefois, c’était toujours la même rengaine qu’on me donnait : « Oh le mioche, laisse les super-héros se débrouillaient ». Est-ce qu’un super-héros est censé être vaniteux ? De plus, en parcourant les rues, je découvrais que certains usaient de leurs pouvoirs afin d’être idole, ou bien pour devenir riche… En quoi, ces derniers étaient des héros ? Il y avait des personnes dans le monde qui souffraient et, aucun d’eux ne les aidaient ? Ils osaient à chaque fois rabaisser mon maître alors qu'ils faisaient moins. Plusieurs fois, j'ai voulu me rebeller afin de prendre sa défense. Ce dernier me disait de ne pas m’en mêler pour ne pas descendre plus bas qu’eux.

S’il souhaitait faire bande à part, n’était-ce pas son choix ? Il ne se tournait pas les pouces, il voyageait pour aider le plus de monde possible ! Ce n’était pas un lâche, il faisait ce qu’eux, considéraient comme pas assez rentables pour leur image.  Parce qu’ils étaient diplômés de la Grande université Yuuei, ils pouvaient se permettre de choisir les missions qui leur plaisaient ? Malgré tout, l’enfant que j’étais, qui les enviait d’avoir un pouvoir, croyait encore en eux…

« Même si, c’est pour une seule personne, je serais heureux si je lui suis utile, car cela signifierait que mon existence n’est pas si vaine ».


Poussé par mon sensei, qui reprit du service, je me devais de choisir un bon lycée quand j'ai atteint mes 15 ans. En réalité, c'est à cette période que mon sensei se rendit compte de mon alter sans me dire la nature, même un enseignant que je croisa dans la rue le découvrit quand, il se rendit compte que ses illusions ne marchaient pas sur moi. Toutefois, il ne m'avertit pas des masses. Me disant simplement, que je devrais tenter Yuei et, qu'il se portait garant pour moi. Je peux vous assurer que je l'ai cherché mon alter vraiment ! Je pensais même que c'était une blague. C'est ainsi, que sur recommandation, je suis entrée à Yuuei en visant la section support ! En effet, je m’entraînais déjà à dessiner des plans et des costumes. Si je pouvais aider celui que je considère comme un père avec mes inventions, alors je pourrais toujours rester près de lui, en particulier sur le champ de champs de bataille.

J’ai rencontré trois personnes, ces trois personnes étaient dans la classe A des héros ! Il y avait le ténébreux et taciturne Naoe Fuji, le classe et don Juan Haruie Kamenashi et le comique et énergique Hinata Echizen. Notre rencontre fut assez explosive. Particulièrement avec Naoe qui possédait l’alter de charger des objets d’énergie cinétique pouvant créer ainsi de fortes explosions. Haruie possédait le pouvoir de contrôler les hormones et, Hinata de se changer en loup. Haruie et Naoé étaient des amis d’enfance, c’est même Haruie qui arrivait à calmer les ardeurs de ce dernier.

Le premier, ne me considérait que comme un moins que rien et, parce que nous avions certains trains psychologiques similaires, il fallait toujours qu’on se cherche des poux l’un et l’autre. Sans utiliser son alter, je le battais au corps-à-corps. Ce qui le mettait en rogne. Je pense que c’était l’une des raisons pour lesquelles on ne s’entendait vraiment pas. Toutefois, ces souvenirs, je les chéri. Ce fut grâce à Haruie qui, poussé par Naoe de me contrôler pour m’humilier, que j’ai commencé à croire mon maitre et cet enseignant illusionniste, que je possédais bel et bien un pouvoir. En effet, ce dernier, essaya de me contrôler grâce à ses hormones, mais je ne ressentis rien. Cela ne me fit aucun effet. Nous fûmes tous deux surpris et dans l’incompréhension la plus totale. Est-ce que j'avais fait quelque chose ?

Quant à Hinata, ce dernier fut mon premier véritable ami. Il était différent des autres et, était comme moi, envieux des alters des autres. On s’entraînait souvent à combattre même si, le résultat était inchangé. Notre amitié ne plut à pas à grand monde, surtout pas à Naoe qui s’en prit à lui. Je souhaitais qu’il arrête de lancer des billes explosives sur Hina. Je me rappelle m’être interposé entre une dernière bille et celui que je devais protéger à tout prix. La bille n’explosa pas. Encore une fois, je fus pris au dépourvu, mais fou de rage, je me suis jeté sur lui et l’ait plaqué au sol en le frappant. Il avait beau essayé de charger ses objets, rien ne vint. Dévoilant ainsi aux yeux de tous, que je possédais bien un alter !

À partir de ce moment, nous quatre devinrent « camarades » pour commencer avant d’être liés comme des frères. Naoé et Haruie m’expliquèrent que je n’étais pas sans alter. Que je possédais celui d’annuler ceux des autres du moins, ils le pensaient. Cependant, m’entraîner à user de ce pouvoir sans me faire attraper des aînés c’était autre chose. Seul le directeur et, notre enseignant principal (en comprenant mon maitre) connaissaient la nature de mon pouvoir. Je demandais à certains d’user de leurs capacités et, je me suis retrouvé à tournoyer dans les airs, à être collé à un tronc d’arbre, empoisonné, ou encore à me retrouver encastré dans un mur. Tous essayaient de m’aider à trouver le mécanisme de ce pouvoir. Je ne l’ai trouvé qu’en défendant Naoe d’un méchant lors d’une sortie. Ce dernier avait essayé d’user d’une technique de laser que j’ai annulé en voulant le protéger de mon corps.

Dans cette académie, entouré de mes trois amis, en nous réunissant à chaque fois à la fin des cours, moi faisant leurs costumes de héros, je me sentais vraiment utile et accepté pour ce que j’étais. J’étais vraiment loin de me douter que la vie allait définitivement me tourner le dos. Que les héros n’allaient plus que représenter à mes yeux, des imposteurs qui se remplissent injustement les poches.

« Une personne ne meurt jamais vraiment tant qu’elle est encore vivante dans le cœur d’une autre ».


La dernière leçon que j’ai reçu du Super héros Nobutsana Takaya. Ce dernier fut accusé de trahison envers la communauté, et de tentatives de meurtres sur certains civils. Je me rappelle encore le jour où j’ai entendu les nouvelles. Il pleuvait ce jour-là. Pour moi ce fut une aberration. Je ne voulais pas le croire. Je suis rentré le plus rapidement possible « chez nous », mais, je n’ai trouvé qu’une maison « vide ». J’ai essayé de le chercher mon sabre à la main pendant des jours, mais aucune nouvelle de lui et puis, Hinata, Haruie et Naoe furent kidnappés. On disait que c’était encore un acte de mon sensei. Avez-vous déjà eu l’impression que le monde s’écroulait sous vos pieds ? Moi oui !

Je ne pouvais pas rester sans rien faire. Malgré que nos enseignants nous intimassent de rester à nos places. Je fus interrogé par la police, bien que certains faisaient de moi un potentiel suspect ! Je voyais à leurs regards qu’ils m’accusaient d’avoir quelque chose avec la disparition de mes amis et de ces meurtres. Je ne pouvais plus rester dans cette école. Finalement, on prit la décision à ma place. J'ai eu beau clamer l’innocence de mon héros et la mienne, je fus expulsé de l’école.


Personne ne m’a cru même pas, mes autres camarades de classe de support avec qui, j’étais arrivé à tisser des liens… Finalement, tout ceci n’était que du vent n’est-ce pas ? Nos liens ne comptaient-ils pas ? A croire que non. Je fus placé sous surveillance, mais suis arrivé à m’échapper des policiers qui étaient chargés de ma garde. Mon sabre sur le dos, je courais sans savoir où j’allais. Qu’importe la douleur dans les jambes, celle de mon cœur était plus douloureuse. Tout ça, c’était faux. Je priais du fond du cœur que mes amis étaient vivants. J’aurais pu me faire attraper si mon maître ne m’avait pas soudainement tiré en arrière dans une ruelle, sa main couvrant mes lippes.

Il m’emmena en direction d’un temple et m’expliqua qu’il était innocent. Qu’un vilain se faisait passer pour lui. Son alter lui permettait de changer d’adn et de prendre l’apparence de n’importe qui. Ce dernier, était celui qui détenait en otages mes frères d’armes comme on s’appelait, ainsi que d’autres enfants. Cependant, notre discussion fut de courte durée, des héros surgirent et nous barrèrent la route. Il y avait des visages connus, comme celui du numéro 2…. La première chose qui me vint à l’esprit, ce fut, comment ils nous avaient retrouvés ? La réponse vint sans que je le demande. Ils m’avaient accroché un gps en se doutant bien, que je les mènerais vers mon maître.

J’ai eu beau essayé de leur expliquer, ils ne souhaitaient rien entendre. Pour eux, nous étions coupables. Pourquoi est-ce qu’ils ne lui faisaient pas confiance ? N’étaient-ils pas coéquipiers ? Ils partageaient le même but ? Alors pourquoi remettre en question la sincérité de mon maître ? Ils ne comprenaient pas que mes amis étaient en train de mourir ? On avait beau leur donner l’adresse pour qu’ils s’y rendent.. Pas un ne voulait le croire. C’est de là, que mon maître engagea un combat afin de me permettre de me sauver et d’essayer de sauver mes amis et qui sait, obliger les autres héros à me poursuivent. Je ne voulais pas le quitter. Mais, est-ce que j’avais le choix ? Le temps était compté. Il me donna un sourire doux en me disant que cela irait..

Mensonge.

Pourtant, sur le moment, je l’ai cru et je me suis rendu dans une église abandonnée. Quelle ne fut pas l’horreur de voir mes amis accrochés à des croix. Ils saignaient. J’ai essayé d’aller les sauver, mais je fus arrêté dans ma course par les deux coupables de cette mascarade. Celui possédant l’alter de l’adn et l’autre, possédait apparemment une force monstrueuse. Ils se moquaient de moi. Je les ai combattus, parfois, je suis même arrivé à stopper leurs techniques quand ils s’apprêtaient à donner un coup fatale, pourtant tout ce que je gagnais, ce fut d’être gravement blessé et de tomber dans l’obscurité.

Quand, je repris conscience, je me retrouvais attaché. Au bord d’un navire et enchainé. Là, les vilains me donnèrent un choix, parce que c’était tellement amusant de me voir souffrir. Ils n’avaient aucune intention de me tuer, peut-être que leur but final, était que je me range de leurs côtés ou du moins, qu'un élève de cette prestigieuse école s'auto-détruise ? Qui sait ? Jusqu’au dernier moment, j’ai cru que des super-héros viendraient me sortir de ce cauchemar. Que mon maître se manifesterait. Oui, ils ont réussi à me faire perdre la foi en ces héros égocentriques. M’ouvrir les yeux…

On me donna le choix, sauver mes trois amis, élèves de Yuuei ou bien ces 5 enfants de 6 à 10 ans qui pleuraient. J’ai essayé de me débattre, de les supplier de prendre ma vie à la place d’eux tous ! Pourtant, parce que nous sommes des « héros », nous devons protéger les plus faibles. Le choix était donc logique, mais pas plus facile. C'était tout le contraire. L'école, ne nous apprends pas ce genre de leçons. Nous apprends pas à faire face à cette situation. Ce sont mes amis qui m’ont dit de relever la tête et, me rassurant en m'affirmant qu'ils auraient fait la même chose. Sauver les innocents. Ce qui m’a achevé étaient leurs sourires entachés par leurs larmes. Survivre et être heureux pour eux, ils m'ont demandé.

Je me rappelle avoir crié quand j’ai vu ces criminels tuaient mes seuls amis devant mes yeux en les noyant un par un. Cela raviva des souvenirs de cette nuit ensanglantée au temple. J’ai essayé de me débarrasser de mes chaînes, j’ai même appelé à l’aide, mais rien. Personne n’est venu même si, j’ai supplié qu’ils arrêtent.

Ce qui s’est passé ensuite ? Je ne sais plus trop ! Je crois qu’avec les enfants, je fus relâché pendant, que les soi-disant héros débarquèrent quand tout fut terminé. Un combat s’est engagé ? Peut-être, je ne m’en rappelle pas, j’étais en état de choc. Tout ce que je souhaitais, c’est qu’on repêche leurs corps. Personne ne sait ce qui s’est passé, les enfants traumatisés retournèrent dans les bras de leurs familles cependant, dans mon cas, la seule personne qui m’attendait se trouvait sur un lit d’hôpital. Je n’ai rien dit aux policiers, je ne saurais même pas dire qui m’a interrogé.

Cette affaire fut rapidement étouffée. Il fallait que la société continue de croire en ses héros. Ils s’étaient trompés, mais ils ne l’avouèrent jamais au grand public. Quant aux élèves de Yuuei, on offrit de grosses sommes d’argent en compensation en disant à leurs parents que leurs enfants étaient des héros. Qu’ils ont risqué leurs vies pour sauver celles des enfants. De toute façon, leur kidnapping, s'est fait en dehors de l'établissement alors, la faut ne revenait pas vraiment à l'école et, c'est pour ça qu'ils s'en sont sortis assez facilement.

Moi, j’aurais voulu mourir ce jour-là. Tout comme mon maitre. Ce dernier ne pourrait plus jamais agir en tant que « Super ». Bien que l’envie ne soit plus là. Mon sensei, ne fut plus que l’ombre de lui-même. Tout comme moi ! Les Super héros connus et nouveaux reçurent la gloire qui ne leur revenait pas. À ce moment-là, une haine contre ma faiblesse, contre ces êtres qui osaient se faire appeler « héros » naquit. Nous deux, avons disparu deux jours après.

Où nous sommes allés ? Je le garde pour moi. En tout cas, c'était loin de cette ville asphyxiante. Plus personne n’entendit parler de nous deux. Lors de notre départ, je me suis juré à moi-même que je me vengerais.

Je suis pourtant revenu il y a 6 mois en tant qu'enseignant dans un lycée ainsi qu'ingénieur indépendant. Mon but est simple : leur asséner un coup de poignard dans le dos comme ils l’ont fait pour mon maître et moi ! M’approcher d’eux, de cette académie et de ces élèves pour mieux les détruire. Leur montrer que les héros sont tous de véritables hypocrites et des menteurs. Ils ne se rappellent pas de moi. Tant mieux, parce que moi, je me rappelle d'eux tous.

TO BE CONTINUED

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bn-myheroacademia.forumactif.org
Fûma Yashiro : Je joue à un double jeu ~100 %
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Qui joue d'un ou de plusieurs instruments...
» Le ministre Genéus rentre dans le débat sur la double nationalité.
» LA COMMISSION SUR LA DOUBLE NATIONALITE MIEUX EFFECTIVE QUE CELLE DE L'ARMEE !
» Double nationalité: Une promesse dans le vent ?
» Haiti- Parlement: Double nationalité

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
My Hero Academia :: 
Autour de Yuuei
 :: Archives :: Les résidus de l'ancien forum :: Fiches
-

Sauter vers: