Partagez|

Don Damiano Nerostacolo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Messages : 173
Date d'inscription : 21/08/2016
Profession : Personnage Non Joueur.

Personnage Non Joueur

MessageSujet: Don Damiano Nerostacolo Dim 4 Sep - 15:13

❝ Damiano Nerostacolo ❞


 

Pouvoir
Carcere permet à Damiano de créer des chaînes métalliques en manipulant sa matière corporelle qu'elle soit graisseuse ou osseuse. Il peut manipuler à sa guise la forme, la taille et le design des chaînes qu'il crée, et peut également manipuler ses créations comme des tentacules faisant parties de son propre corps.
Ses limites résident dans sa consommation de la matière grasse du corps de Damiano. Une chaîne qui se séparerait du corps de Damiano est impossible à réabsorber ce qui diminue par conséquent sa matière corporelle totale, résultant alors en une visible émaciation graduelle, proportionnelle à la taille/qualité des chaînes sectionnées. Damiano ne peut pas encore fabriquer plus de six chaînes simultanément. Pour permettre à son pouvoir de fonctionner, Don Cadenas doit s'alimenter beaucoup plus qu'il ne laisse croire, ainsi pour maintenir un équilibre métabolique il mange énormément sans grossir. 
36 ANS× CIVIL × MAFIEUX
né(e) le 7 Juillet 1977 en Sicile
Nom de Héro Don Cadenas
de nationalité italienne
préférant sa femme
et se trouvant veuf

Super IRL !

mon pseudo web c'est Leego
j'ai 18 ans
et j'ai découvert MHA sur un top-site
d'ailleurs je pense que ce forum est graphiquement super, et prometteur

 

qualités
loyal × fidèle × altruiste x protecteur × calme × trafiquant divers × joueur de casino × aime l'argent × aime sa fille x aime sa Famille × escroc rusé × pickpocket émérite x a vengé la mort de sa femme et allégé la société d'un criminel x participe régulièrement aux dons de charité
défauts
rancunier × cupide × gourmand x parieur × capricieux × fumeur × monophobe (peur de la solitude) × déteste la maltraitance conjugale × déteste le manque de respect x déteste la trahison × ses souvenirs × sa fille x a orchestré l'assassinat d'une famille par vengeance x long service en temps que mafieux
Mon personnage est représenté par

Code:
<span class="Rouge">►</span> GANGSTA_ Worick Arcangelo _ Damiano Nerostacolo




❝ Plus Ultra !! ❞

Tout passé existe

♠ Partie I : Di Padre in Figlio

En Sicile, XXe siècle, Demeure des Nerostacolo

"Et celle-là, elle se finit bien papa ? "

♠ Tendant un livre de contes à son père, le parrain de la pègre renommé Fabiano Nerostacolo, un jeune Damiano alors âgé de quatre ans arborait un immense sourire franc et sincère, un sourire qui traduisait le bonheur dans lequel il nageait au sein de sa grande famille, et qu'il ressentait constamment auprès de son géniteur. La chambre à coucher du jeune garçon était globalement drapée dans l'obscurité de la nuit italienne, peut-être la nuit la plus somptueuse du monde. Seule une veilleuse restait allumée, la veilleuse qui indiquait aux passants que le père Nerostacolo était encore dans la chambre de son premier garçon, à lui raconter une histoire car on le savait depuis sa naissance : il ne fait pas ses nuits sans aide ! Malgré ces attitudes infantiles contrastant avec la virilité et la fermeté du mafieux, son fils était sans aucun doute pour lui l'une des choses les plus précieuses qu'il avait. En effet, la famille prenait une place si importante chez eux que, quelques soient les circonstances, l'amour et la solidarité familiale influenceraient toujours leurs décisions. Et celle du chef de famille était déjà prise depuis avant même la conception de sa première descendance; Damiano serait l'héritier de l'empire de son père, qu'il soit ou non un aussi froid meneur que l'a été Fabiano. Il ne lui fallait pas longtemps pour sortir de ses pensées professionnelles, n'entendant plus un bruit sortir de la bouche du garçon, finalement endormi comme à son habitude quand on ne s'y attend pas.

♠ Davantage préoccupé par l'amusement et par son insouciance d'enfant que par les affaires patriarcales, Damiano coulait des jours heureux dans une grande demeure, entouré de son père et de ses nombreux domestiques et autres gardes du corps. Influente et possédant un certain poids dans l'économie de la Rue, la famille Nerostacolo était remarquablement bien installée, légèrement en hauteur, la demeure donnait une vue sur une bonne moitié de la ville latine éminemment gouvernée par la pègre. Ici, l'argent et la puissance étaient les maîtres mots, malgré le piètre habitat qu'il offre aux plus jeunes, les vrais hommes s'en trouvaient ravis. Tout le monde pouvait s'en sortir en s'impliquant dans les bas-fonds, l'inconvénient majeur étant que la mort était, en contrepartie, omniprésente et hasardeuse. Pourtant Damiano ne souhaitait pas suivre ces traces de ripoux, et préférait nettement passer ses journées à jouer avec les domestiques et son précepteur. Le petit évoluait dans un monde duquel il ne voyait que la surface, la première couche, où les héros étaient adulés et les siens paradoxalement encouragés. La mafia en Italie et surtout en Sicile était tellement répandue que les citoyens et même les politiciens que l'on qualifiait de corrompus sollicitaient les services des "nettoyeurs", des "livreurs" et d'autres mercenaires qui gonflaient les rangs des nombreuses organisations illégales.

♠ Un léger retard dans la manifestation de son individualité remit en question l'aptitude de Damiano à diriger la famille, certains doutaient de sa fiabilité, le prenant notamment pour un garçon bien trop gentil et gâté pour devenir un mafieux aussi efficace que son père. La confiance de ce-dernier ne vacillait cependant pas d'un poil, toujours persuadé que son fils serait le leader parfait pour prendre sa place : il s'assurerait de cela en l'entraînant et en l'orientant durant son enfance vers une vision du monde similaire à celle de la famille. Ce ne fut qu'à l'âge de 5 ans, donc un an en décalage par rapport aux autres enfants, que ses pouvoirs finirent par se montrer, redonnant à tous la lueur d'espoir qu'ils espéraient. Carcere, l'exact même pouvoir que Fabiano, fut transmis au fils qui ne tarda pas à s'y intéresser. Depuis la première démonstration de ses facultés, ils s'entraînèrent entre père et fils chaque jour pour parfaire la maîtrise de Damiano, sous les yeux enjoués et encourageants des employés de la dynastie. A son âge, les chaînes fabriquées par le petit corps encore fragile du garçon étaient fines mais étonnamment solides, prouvant la bonne santé de leur créateur. Pendant des années, profitant de son expérience et du temps qu'il lui restait encore avant de rencontrer les entraves de l'âge, Nerostacolo-père transmit à sa descendance tout son savoir pour que le jeune soit rapidement aussi efficace qu'il l'était lui-même au même âge.

" Carcere puise dans tes convictions pour consolider des chaînes aussi résistantes que la foi des Nerostacolo. Pour ainsi dire, tant que tu n'y croiras pas assez fort, les tiennes ne seront jamais assez robustes pour protéger notre empire, Damian. Regarde papa." dit-il à son garçon haletant et épuisé, mais admiratif

♠ Tendant ses deux bras comme s'il invoquait le Tout-Puissant, Fabian fit jaillir de son dos nu pendant les séances d'entraînement un ensemble de quatre grosses chaînes, qui démontrèrent leur force et leur résistance en s'ancrant profondément dans le sol comme si elles s'enfonçaient dans du beurre congelé. Deux chaînes sortirent de terre pour aller s'abattre contre deux rondins de bois voisins présents spécialement pour ça. Les rondins se fendirent sous l'impact, témoignant de la puissance de la conviction de Fabiano.

"Tu vois ? Elles sont des extensions de ton corps, comme si elles représentaient des bras ou des jambes. Et plus tu croiras, plus elles seront fortes et résistantes.
- Mais ... Je dois croire en QUOI précisément papa ? répondit le petit, confus.
- C'est une très bonne question mon garçon car c'est là que réside toute la subtilité de Carcere. Approche. le père s'accroupit pour atteindre la hauteur de son jeune fils avant de toucher l'emplacement de son coeur qu'il pouvait sentir battre à grande vitesse sûrement à cause de l'intensité des exercices. C'est ici que tu la trouveras, ta conviction viendra de ton coeur et tu sauras que tu l'as trouvée quand tu sera sûr de pour quoi tu te bats. Aller, assez pour aujourd'hui, allons manger une glace mon champion !
- Ma conviction....? Oh oui alors ! Je vais me battre pour que tu m'offres encore pleins de glace papa !"

♠ Un si beau tableau de complicité entre un père et son fils ne pouvait qu'émouvoir les spectateurs qui, tout en écrasant furtivement une larme, se remettaient tous au travail aussitôt que les deux combattants quittèrent le terrain pour pénétrer leur belle bâtisse. Les mots didactiques de Fabiano ne sonnaient pas encore très clairement dans les oreilles d'un petit enfant de 5 ans, et il ne s'attendait bien entendu pas à ce qu'il comprenne directement ce que représentait ses "convictions" à un si jeune âge, un sourire fier illuminait tout de même le visage de l'homme qui se faisait vieux mais qui gardait précieusement sa conviction que la chair de sa chair deviendrait assurément un formidable chef de famille.

♠ Malheureusement, le temps ne faisant pas de cadeaux, Fabiano fut cloué au lit par une maladie qui détériorait sa santé déjà depuis des années. Accro à la nicotine, il savait pertinemment qu'un jour son addiction pour la cigarette viendrait lui causer des ennuis. Mais il ne fut pas au bout de ses surprises : en plus des graves lésions retenues par ses poumons et son coeur, le vieux souffrait également d'états de faiblesse causés par l'usage de son pouvoir avec son corps fragile et déjà bien abîmé par le temps. Désormais un adolescent de 16 ans, en 1993, Damiano était entouré de ses quatre jeunes frères, offerts par la vie durant les années où le père était encore frais comme un gardon. L'ensemble de ses serviteurs était présent dans sa chambre, attroupés à son chevet pour que toute la famille soit assemblée lors des derniers instants du grand Fabiano Nerostacolo. Il voulait à tout prix lire son testament par ses propres moyens, craignant que des esprits avides n'essaient de s'emparer de ses biens après sa mort. D'une voix fébrile et visiblement difficile, il s'efforça à à s'exprimer :

"Mes très chers amis, ma très chère famille, si vous êtes présents autour de moi aujourd'hui, c'est que je ne suis plus loin de l'autre-monde, et que je suis également parvenu à réaliser l'un de mes plus grands rêves... celui de partir entouré de ceux que j'aime. Notre empire... notre Famille... tout ce que nous avons construit ... ne doit pas partir avec moi, non... C'est pourquoi je tiens à partager nos affaires pour que même après mon départ, vous soyez en mesure de continuer à mener la vie que vous avez toujours menée... A mon fidèle bras-droit, meilleur ami, et précepteur de mon fils aîné je laisse la direction de nos armureries, et de nos forces armées... tu seras le plus à même de prendre la place du général...
- J'honorerai mon héritage jusqu'à mon dernier souffle comme vous l'avez fait, Don... rétorqua silencieusement le précepteur.
- Ah Rangeki... aussi, arrête de m'appeler comme ça tête de pioche... je t'ai toujours répété de m'appeler Fabian... ! A l'ensemble de mes domestiques et gardes, je laisse à chacun de quoi faire vivre leurs familles encore sur quelques années... Vous trouverez le gage de ma gratitude pour vos services dans une enveloppe déposée sous chacun de vos oreillers... A mes quatre derniers fils, que je ne veux pas voir diverger de la conviction familiale.. je laisse respectivement... la sous-direction de l'équipement et de l'armement à Romulus, le plus ingénieux de mes garçons... la sous-direction de l'économie à Gabriel, le plus averti ... à Jairo le plus jeune et probablement le plus pratique.. je laisse la supervision des affaires diplomatiques, et inter-sociales ... pour toi Tristan, je ne voyais rien de mieux que la sous-direction de l'empire pour mon fils cadet... et sans oublier mon cher Damiano... Je veux que tout le reste, de la direction de la Famille jusque celle de ses filiales, de ses affaires, de ses richesses, de ses forces... en passant par l'entretien de mes employés, et surtout la prospérité future des Nerostacolo ... je veux que tout soit te soit légué, en m'excusant d'avance pour le poids que je laisse sur tes épaules...

♠ Un éclair de surprise traversa la salle, l'on s'attendait à ce que Damiano reçoive la majeur partie de l'héritage mais l'on ne s'attendait tout de même pas à ce que la tâche de gouverner la Famille lui incombe à lui seul, bien qu'il soit épaulé par ses frères qui superviseront à ses côtés les aspects qui leur avaient été attribués par ce testament. C'était donc dans une ambiance de chaleureux adieux que les membres de la Famille conclurent cette cérémonie des plus tristes. Seulement les plus forts réussirent à ne pas fondre en larmes, les Nerostacolo ainsi que la Sicile avaient perdu une figure emblématique de la patriarchie mafieuse.

♠ Partie II.1 : Famiglia Prima
En Sicile, 1997, Salle de réunion de la Famille

♠ Une atmosphère nostalgique quoique cruellement silencieuse pesait dans la salle où se déroulait les réunions concernant toutes les affaires de la Famille Nerostacolo. Étaient présents la totalité des concernés, ce qui comprenait la fratrie des cinq fils, et Rangeki. Ils n'avaient pas encore eu l'occasion de se rassembler autour de cette longue table de conférence depuis quatre années, depuis la mort de Fabiano. Les regards s'entremêlaient mais aucune langue ne se déliait. En sa qualité de Général, et de plus âgé en ces lieux, Rangeki brisa le silence en prenant une inspiration soupirante avant de s'exprimer :

"Eh bien... bien le bonjour gentlemen. Je vois que vous restez tous fidèles à vous-même, je ne peux qu'en être soulagé. Si nous nous retrouvons tous ici en ce jour, c'est évidemment pour émettre nos décisions personnelles concernant l'héritage de votre père, qui nous a confié à nous six la charge de ce qu'il a passé sa vie à construire et à maintenir debout... Nous avons tous eu largement le temps pour réfléchir sagement, j'espère que nous sommes tous parvenus à nous éclaircir l'esprit, car bientôt nous ne pourrons plus vivre stablement en roulant sur nos réserves. Je me permets donc de commencer. En tant que Général des forces armées et des armureries de la Famille, je décide de lancer un recrutement qui permettra de rafraîchir nos rangs avec de bons talents tout neufs, ceux de votre génération à vous en somme ! Je devrais me concerter avec toi Gabriel, si tu acceptes ton héritage ? demanda t-il finalement.
- Je suppose que je ne peux pas dire que je suis surpris. J'honorerai mon rôle en tant que sous-directeur de l'économie de l'empire de mon père a vita ! Et je déclare qu'aux vues du bon capital avec lequel nous partons, je pourrais me permettre de proposer de verser un budget à chacun de vous pour vos éventuelles décisions... Le recrutement, par exemple, nécessitera sûrement de la publicité, qui n'se paiera pas en coups de sabre, Général.
- Fidèle à lui-même, bien entendu. Merci pour ta proposition Gabriel, pense à prendre contact au plus vite avec madame De Llieu pour discuter de tout ça, et appelle moi Rangeki, du moment que nous ne sommes pas en guerre.  Romulus ?
- Alors pour ma part il n'y a pas photo, j'endosserai la supervision de notre équipements et de notre armement, j'ai déjà quelques idées. J'irais parler à Svenn, je connais la chanson, chef.
- Super jusqu'ici nous sommes tous prometteurs, Jairo, qu'en dis-tu ?
- Si je refusais ma mission je n'serais pas digne de porter le nom de papa. Je n'ai pas de projets immédiats mais une fois l'occasion venue je serais prêt à prendre mes responsabilités efficacement.
- Parfait mon grand. Damiano & Tristan, vous avez été désignés pour être les chefs légitimes de la Famille. Je ne peux que vous exprimer ma fierté en tant que précepteur, et ma confiance en vos capacités en tant que votre nouveau Général. Je suppose que vous avez quelques projets communs ?
- Nous partons au Japon. déclara Tristan solennellement. Et nous dirigerons l'empire depuis là-bas. Ainsi nous pourrons étendre nos services à un nouveau pays, le siège principal sera toujours ici, en Sicile, alors prenez ça comme une croisade, pour la parole de notre Père, haha !
- Vraiment ? demanda le Général étonné
- Oui, répondit Damiano, nous avons déjà une bonne influence chez nous, suffisamment pour nous permettre de tenter le coup ailleurs. Je confierai la responsabilité des lieux à nos gardes, et resterai en contact avec vous à tout moment.
- Dans ce cas je peux profiter de l'occasion pour trouver d'extraordinaires performances au Japon, j'ai pour mission personnelle de veiller sur vous et puis mon fils y est, alors pourquoi pas..."

♠ Les choses prenaient une tournure inattendue, les autres frères restaient mitigés à l'idée de voir trois membres importants de la Famille se délocaliser. Leur doute se lisait sur leurs visages tantôt pensifs tantôt horrifiés à la simple pensée de cette idée risquée. Et s'ils ne parvenaient pas à conquérir le Soleil Levant ? Qu'adviendrait-il de tous leurs investissements s'ils échouaient, l'Empire en souffrirait directement pour sûr. Pourtant, aussi folle que l'idée puisse paraître, Jairo, le plus jeune mais non des moindres se leva de son siège en tapant des mains sur la table :

"Parfait ! Alors je suppose que je peux moi aussi envisager un ... "pèlerinage", déclara t-il, je pense bon d'y aller vérifier nos liaisons avec les gangs des favelas. Père misait beaucoup sur eux quand il s'agissait de puissance de feu. Je pars donc pour l'Amérique du Sud.
- Cela me semble logique, d'autres changements de plan ? demanda Rangeki aux gentlemens
- Soit ! Je m'en vais pour les Etats-Unis ! s'exclama Romulus, si je veux développer un bel attirail, c'est là-bas que je veux chercher !
- Hum... D'accord, la raison me semble.. valable. répondit le Général, confus du raisonnement de l'ingénieur.
- Ne reste que moi, hein...? pensait Gabriel à haute voix avant de se décider. Si tout le monde s'en va j'imagine que c'est qu'il faut rester optimiste... Et j'ai toujours voulu visiter les bas-fonds de France !
- Très bien alors nous sommes tous fixés. L'avenir de l'Empire dépendra des actions de chacun, à partir de maintenant. N'oubliez pas que nous ne poursuivons pas le business de votre père uniquement pour nos poches et notre libido, dit-il en jetant un oeil accusateur vers Gabriel, mais aussi pour sa mémoire, c'était un très grand homme. Il n'a jamais volé un pauvre, jamais attaqué un innocent, votre père était un homme de valeur ! Et de bon coeur, il a toujours investi dans les charités, il n'hésitait pas à y mettre le prix quand la cause lui semblait juste ! Alors ne le décevez pas, et faites de votre nom un mot qui fera trembler nos ennemis et qui réjouira nos alliés !

♠ Sur ces mots, la réunion s'acheva, libérant les nouveaux lions de la pègre, la famille Nerostacolo partait motivée, ambitieuse et déterminée. Rien n'empêcherait ces messieurs d'accomplir la volonté de leur bien regretté père.

♠ Partie II.2 : Il mio regno

Au Japon, XXIe siècle, Tokyo

♠ S'accoutumant à toutes les différences présentes entre la culture italienne et la culture japonaise, Damian, Tristan et Rangeki s'étaient installés dès leur arrivée dans un hôtel local, prenant le temps de se remettre dans le bain. Là-bas, c'était foule compacte et pollution dense, de la "crasse propre" comparée aux autres types de salissures qu'essuyait la Sicile ! S'ils devaient émettre un jugement comparatif et impartial, ils diraient sans nul doutes que Tokyo serait plus difficile à conquérir par une famille mafieuse. Les rues semblaient monotones bien qu'animées, elles étaient parcourues de long en large par des files de gens pressés, qui avaient soit les yeux rivés sur leurs smartphones, soit sur leur avidité naturelle qui les poussait à se diriger comme des zombies au travail, poursuivant l'argent synonyme de bonheur. A vrai dire, tout ce capitalisme n'effrayait pas les parrains de la pègre et au contraire, retenait leur attention positivement. Il leur était assez facile de se remettre à flot, implantant un siège secondaire dans la grande ville où ils pourraient toucher à toutes les affaires à portée. Les Nerostacolo eurent la chance de rencontrer l'inspecteur Tsukiri, nul autre que le fils de Rangeki et inspecteur assez populaire dans les forces de l'ordre japonaises. La relation entre les mafieux et le policier était fragile au départ mais bien vite après quelques collaborations cruciales, les deux côtés purent se compléter mutuellement pour consolider leurs rapports. Pendant les années coulées à courir après l'argent à Tokyo, Damiano fit la rencontre d'une très belle jeune femme lors d'une soirée mondaine, en 2007. Ils passèrent la soirée à danser ensemble, sans jamais connaître qui ils étaient, jusqu'à ce qu'à la fin de la soirée la demoiselle daigne donner son nom juste avant de disparaître dans une foule compacte.

" Bonnie Kharming "

♠ Ils se retrouvèrent éventuellement jusqu'à ce que leur relation devienne officielle : Damian et Bonnie se fiancèrent en 2009 et donnèrent naissance à une petite fille nommée Amirà l'année suivante. Elle était tout le portrait craché de sa mère, conservant sa beauté indienne, jusqu'à son alter très féministe et considéré dangereux manifesté lors de ses quatre ans. Leur famille ne pouvait se porter mieux, connaissant un nouveau départ réussi au pays du Soleil Levant.

♠ L'année qui suivit fut marquée par un triste événement : parvenu par messagerie instantanée, le personnel resté au siège en Sicile prévint à tous les hommes de la Famille que le Don Maroni, un des grands rivaux du père des Nerostacolo, avait envoyé un ultimatum après avoir eu vent de la mort de l'ancien chef, signifiant une famille affaiblie. Quémandant des terrains et des actions dans plusieurs boîtes importantes, il accompagna sa demande d'une menace d'attaquer la maison principale en Sicile si les chefs ne répondaient pas favorablement à ses demandes. Cependant, ni Damian, ni Tristan n'étaient des enfants de choeur ! Ils ne comptaient pas baisser les armes sans se battre, et opérèrent un retour précipité pour leur patrie afin de défendre les leurs. Arrivés à temps accompagnés de Rangeki, son fils, ainsi que Bonnie -laissant Amirà aux soins d'une de ses amies au Japon-, ils purent organiser la défense dans le manoir en sachant que les hommes de Maroni débarqueraient à tout moment.

♠ La bataille fut expéditive et tous azimuts : Maroni déversait sur la demeure de la Famille une impressionnante force de feu qui parvint à percer leurs défenses. Beaucoup perdirent la vie durant cette attaque spectaculaire, et c'est ce qui déclencha la défaite des assaillants. En effet, atteignant les salles de sécurité dans lesquelles étaient réfugiés ceux qui n'étaient pas destinés au combat telles que les servantes et Bonnie elle-même, ils décimèrent froidement la totalité des personnes présentes, y compris madame, de la plus cruelle manière qui soit. La vue du corps de celle qu'il aime baignant dans une mare de sang suffit pour que Damiano se lance dans une fureur noire et berserk, éliminant tout aussi cruellement les hommes de mains de Maroni, sans oublier par son lieutenant de toujours Frankie Carbone. Jamais la Famille ne fut confrontée aussi sévèrement par un de leurs rivaux, et le commanditaire de l'offensive allait payer de sa vie les dégâts importants qu'il avait causé. Cependant les boss de la mafia n'étaient pas de simples sots derrière un bureau, ils étaient extrêmement rusé et, dans l'éventualité où son attaque échouait, Maroni avait déjà prévu de quitter la Sicile pour une destination inconnue, forçant Damiano à repousser sa vengeance à plus tard. Depuis ce jour, il rêve d'égorger ce sale porc italien tout en revoyant avec horreur les multiples cadavres dont celui de sa dulcinée. C'est depuis ce jour que le chef de Famille se résolut à nourrir une ambition personnelle, celle d'accomplir sa vengeance tout en se dévouant corps et âme pour ne plus jamais perdre un seul membre des siens des mains de leurs ennemis, qu'ils soient aussi importants que Maroni ou aussi insignifiant que ses larbins ! Son retour au Japon fut rythmé par la reprise des affaires mais aussi par la paranoïa qui s'empara de lui, voyant le Mal partout autour de sa petite fille, seule héritière qu'il put avoir de sa femme avant qu'elle ne périsse. Damian était devenu un homme plus froid, mais toujours aussi généreux et bienveillant, n'hésitant pas à collaborer avec le fils de Rangeki pour remettre les choses en ordre pour les siens.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bn-myheroacademia.forumactif.org
Don Damiano Nerostacolo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Lampre - ISD
» Cadeaux des membres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
My Hero Academia :: 
Autour de Yuuei
 :: Archives :: Les résidus de l'ancien forum :: Fiches
-

Sauter vers: